Navigation Contenu Activités en Autriche

L'Autriche impériale

Les Habsbourg, pendant leur suprématie qui dura plusieurs siècles en Europe, n’avaient pas seulement un goût prononcé pour la construction, mais aimaient également les voyages. La diversité des édifices impériaux en est une preuve. Que ce soit à Graz, Innsbruck ou Vienne : l’héritage du passé impérial de l’Autriche est palpable dans tout le pays. À Vienne, on peut suivre les traces de la maison impériale dans toute la ville. C’est là que se trouve l’un des plus fastueux châteaux du monde : le château de Schönbrunn. Mais l’Autriche à encore plus de curiosités impériales à offrir. Le voyage sur les traces des Habsbourg conduit à travers tout le pays.

Hofburg Vienna © Hofburg Kaiserappartements
Hofburg Vienna © Hofburg Kaiserappartements
Imperial Villa Bad Ischl © Kaiservilla
Imperial Villa Bad Ischl © Kaiservilla
Schloss Hof in Marchfeld © Lois Lammerhuber
Schloss Hof in Marchfeld © Lois Lammerhuber
Que ce soit à Graz, Innsbruck ou Vienne : l’héritage du passé impérial de l’Autriche est palpable dans tout le pays, même si bien sûr, c’est la capitale qui abrite le plus grand nombre de souvenirs et de témoignages de l’époque impériale.
 

La cour des Habsbourg à Vienne

À Vienne, l’aura impériale se déguste déjà par une simple halte dans un des nombreux cafés et salons de thé historiques de la ville. Dans tout le centre-ville, les traces de la maison impériale sont nombreuses : l’église des Augustins sur la Josefplatz célébrait autrefois les mariages habsbourgeois, alors que le caveau impérial sous l’église des Capucins servait lui de dernière demeure aux têtes couronnées. Les attractions impériales les plus populaires sont toutefois les luxueux châteaux, tels que le château baroque de Schönbrunn, qui compte pas moins de 1 441 chambres. Les magnifiques salons et pièces à vivre de la famille impériales envoûtent chaque année 1,5 millions de visiteurs. Mais rien que le parc du château, soigneusement aménagé et entretenu, vaut à lui seul la visite. Il n’attire pas seulement les touristes, nombreuses sont les personnes du coin à s’y rendre chaque jour, se promenant jusqu’à la Gloriette dans les hauteurs du parc, pour ensuite faire une halte dans le salon de thé le mieux situé de Vienne, ou bien faire un crochet par le plus ancien zoo du monde encore en activité. Le parc du château accueille également le concert estival annuel gratuit de l’orchestre philharmonique de Vienne, une expérience musicale d’un genre tout particulier dans le décor imposant du château illuminé.
Dans le palais impérial de Vienne, la Hofburg, qui servait avant tout à des fins de représentation, on visite les anciens appartements impériaux. La Collection d’argenterie permet de se faire une idée du quotidien impérial. L’art de la table habsbourgeois témoigne des énormes dépenses nécessaires pour satisfaire aux besoins d’une cour comptant jusqu’à 5 000 personnes. Le musée de Sisi quant à lui livre les détails de la vie privée de la célèbre impératrice. À côté de son cabinet de toilette et de gymnastique sont exposés une reproduction de la robe que la jeune fiancée porta la veille de ses noces, sa robe de chambre et son masque mortuaire. Témoins muets d’une vie, qui prit fin bien trop tôt. Une mort violente, qui contribua de façon macabre mais non négligeable au « mythe Sisi ».
Promenade impériale dans Vienne
 

Château de Hof et le pavillon de Mayerling en Basse-Autriche

L’ambiance est en revanche follement vivante sur les terrasses de l’ancien château de Hof en Basse-Autriche. On y reconstitue les fêtes baroques qui y avaient lieu pour se remémorer le plaisir de vivre libertin d’une autre époque. L’opulent château était à l’origine une « rémunération princière » que le prince Eugène de Savoie reçut de la part des Habsbourg en remerciement de sa victoire face aux envahisseurs turcs. Alors que l’édifice se détériorait de plus en plus, il fut rénové au début du nouveau millénaire et connait à nouveau des temps glorieux comme jadis.

Le „Karmel Mayerling“ est l’ancienne demeure de chasse l'archiduc héritier Rudolph. C’est également le théâtre authentique de la „Tragédie de Mayerling“, mondialement connue. C’est ici en 1889, que succomba l’unique fils de l’empereur François-Jospeh et de Sisi à l’âge de 17 ans dans des circonstances tragiques. Jusqu’aujourd’hui persiste le « mythe de Mayerling » avec toutes sortes de spéculations autour du drame. A la demande de l’empereur, la demeure fut reconstruite en sept années pour devenir un monastère pour l’ordre des carmélites.
Aujourd’hui, le Kamel Mayerling est un monastère vivant. Venez, et voyez par vous-mêmes : www.karmel-mayerling.org

 

La Villa impériale à Bad Ischl

La villa impériale de Bad Ischl, résidence d’été des bien nés, a elle aussi été conservée en très bon état. À peine l’été pointait-il le bout de son nez que les Habsbourg partaient pour le Salzkammergut, et ceux qui pouvaient se le permettre les imitaient. Tout commença par un simple séjour de cure que le couple impérial François-Charles et Sophie de Bavière, encore sans enfant à l’époque, effectua sur les conseils du médecin. Leur fils, l’empereur François-Joseph, et son épouse Élisabeth passèrent de nombreux étés dans la villa impériale de Bad Ischl. Il est possible de visiter la demeure pendant la saison estivale. L’intérieur y est identique à celui que l’empereur et sa famille ont connu. À l’époque, la boulangerie-pâtisserie de la cour impériale et royale Zauner régalait déjà les papilles des gourmets les plus exigeants avec d’exquises douceurs. Et aujourd’hui encore, une visite de Bad Ischl sans faire de halte chez « Zauner » est absolument impensable.
 

Le palais impérial d'Innsbruck

Si les Habsbourg s’installèrent au Tyrol, ce ne fut pas pour prendre du repos. C’était un calcul politique. Innsbruck, « capitale des Alpes », fut plus qu’un simple lieu de résidence pour l’empereur Maximilien Ier, c’était surtout un emplacement stratégique idéal pour étendre son empire vers l’Europe occidentale. Le légendaire Petit toit d’or compte aujourd’hui parmi les nombreuses manifestations de son règne : cette loge artistique avec une vue imprenable sur la grand-place devint rapidement l’emblème d’Innsbruck. Par ailleurs, le monument funéraire de l’empereur dans l’église Hofkirche fait partie des œuvres artistiques les plus significatives de la Renaissance en Europe centrale.
 

Graz

Le Herzogshof de Graz est quant à lui plutôt peu connu, un trésor caché, dans lequel les Habsbourg s’occupaient de leur affaires officielles en tant que princes du land de Styrie. L’intégralité de la façade du bâtiment, près de 220 m², fut recouverte de fresques par le peintre baroque Johann Mayer. Les peintures représentent les dieux de la mythologie gréco-romaine. C’est bien la preuve que les Habsbourg avaient des goûts raffinés. Et nul besoin d’être fan de la dynastie du Danube pour s’en réjouir.

Plus d’informations sur l’histoire des Habsbourg :
www.habsburger.net