Navigation Contenu Activités en Autriche

Aloisia Bischof, boulangère spécialisée dans les mariages
Nos coups de cœur

La coutume des „boulangeries de mariages“, fait du Burgenland un paradis pour les gourmands et un lieu de plaisir pour les pâtissiers les plus connus du pays.

Gâteaux d'Aloisia Bischof © Ein Stück vom Paradies®

Badersdorf Nr. 118

Badersdorf Nr. 118 sur la carte

Sud du Burgenland
 

Le sud du Burgenland est un Land paisible. Marqué par des vignobles, des forêts démesurées et des petits villages idylliques. Mais cette première impression de tranquillité peut changer car si on regarde bien, on découvre une région pleine de singularité et de charme et un paysage dans lequel on sait comment fêter un évènement comme il se doit.
Les nombreuses fêtes et traditions du Burgenland tirent leurs origines d’un mélange ethnique insolite. Située à la frontière de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Slovénie et de l’Autriche, le Burgenland (qui appartenait à la Hongrie depuis 1921) est un melting-pot de différentes nations et de différentes traditions, le Burgenland est une preuve que différentes cultures peuvent cohabiter.
 

Boulangerie pour les mariages traditionnels


L’une des plus belles traditions, qui n’existe nulle part ailleurs qu’en Autriche, ce sont les boulangeries spécialisées dans le mariage. Jusqu’à il y a quelques années seulement, les femmes des deux familles se retrouvaient avant le mariage devant la « maison du mariage », la maison de la mariée, et faisaient une quantité importante de pâtisseries pendant des semaines sous la direction d’une boulangère spécialisée dans le mariage. Puis, suivant la tradition, tout les invités au mariage recevaient un „Bschoa—Pinkerl“, un paquet rempli de ces pâtisseries. Puisque lors d’un mariage dans le Burgenland il y a un nombre important d’invités, il faut aussi un nombre conséquent de gâteaux.

Le nom peu habituel du paquet fait sans doute référence à la façon dont on les transportait. Jadis, lorsqu’après le mariage on devait rentrer à pied jusqu’à la maison, on nouait le paquet en ballot avec un bâton de marche et on le portait sur ses épaules jusqu’à la maison. Ce qui fonctionnait autrefois est toujours d’actualité : plus le paquet est coûteux et grand plus on se souviendra du mariage.
 

Le Mehlspeiskuchl d’Aloisa à Badersdorf
 

Le coût élevé du produit a cependant eu de graves conséquences : la tradition des pâtisseries du mariage était en train de disparaître. Jusqu’à ce qu’Aloisa Bischof arriva. Née en 1948 dans le Burgenland, elle voyageait avec sa mère et sa tante, toutes deux de célèbres boulangères spécialisées dans le mariage, à travers la région et aidait à la confection des pâtisseries. Depuis, elle n’a plus jamais voulu quitter l’odeur séduisante des pâtisseries.
« Il y a des traditions que l’on ne doit pas laisser mourir » disait résolument la native du sud du Burgenland. A tout juste 50 ans elle décida donc de faire de son amour pour les desserts un métier, elle passa l’examen de maître pâtissier et ouvrit dans son village natal, Badersdorf, « l’Aloisa’s Mehlspeiskuchl », dans lequel on fait presque exclusivement que des friandises traditionnelles. Ce fut une très bonne décision : après seulement 10 ans, ce qui ne fut qu’un passe-temps, devint la boulangerie de mariage et de friandises la plus connue du Land.

Aujourd’hui, Aloisa Bischof est la patronne d’une quinzaine de femmes qui confectionnent chaque jour une quantité impressionnante de pâtisserie, c'est-à-dire environ 200kg ! Pendant les mois propices aux mariages, de mai à septembre, elles en font encore plus. Ces friandises ne sont vendues que dans un seul magasin, c’est pour cela que le petit village de Badersdorf est devenu un pôle d’attraction pour les gourmets, les gourmands et les fiancés. « Aloisa’s Mehlspeisenkuchl, située dans la rue principale du village, est facile à trouver. Il faut seulement chercher du regard la maison où la plupart des voitures sont garées. Et il faut aussi avoir un peu de patience car bien que le magasin soit ouvert 7 jours sur 7 de 8h à 20h à cause de son succès, la file d’attente est toujours très importante.
 

Des ingrédients inattendus
 

Plus de 60 différentes sortes de pâtisseries sont confectionnées par les femmes qualifiées. La plupart des recettes traditionnelles sont transmises de générations en générations et sont, pour la plupart, très coûteuses à fabriquer. Etonnamment, beaucoup d’ingrédients inattendus et chers sont utilisés dans la confection de ces pâtisseries, et ce alors que le sud du Burgenland est resté extrêmement pauvre pendant des siècles. Aloisa Bischof ce l’explique ainsi : « avant, beaucoup de femmes devaient, afin de nourrir leur famille, travailler dans des lieux aisés tels que la Hongrie ou Vienne. Elles ont donc ainsi récupérés les recettes inhabituelles des riches dames ».

Et c’est pourquoi aujourd’hui, dans le petit village de Badersdorf, ces friandises sont encore confectionnées, alors que les nobles les ont oubliés depuis bien longtemps. Ici de très grandes plaques métalliques contenant une pâte à biscuit sont poussées dans le four, des mixers imposants produisent des montagnes de farce crémeuse, qui disparaissent dans des moules à gâteaux. Une pluie de pépites de chocolat se pose délicatement sur les pâtisseries et des rouleaux de crèmes sont habillés d’un nappage sucré.

Et quels sont aujourd’hui les pâtisseries préférées ? Certainement le « Husarenkrapferl » estime Aloisa Bischof ou les « Vanillekipferl ». Et évidemment les Nussstangen. Et les « Orangenkrapferl ». Celui qui en parcourant du regard l’important choix qu’offre la « Mehlspeiskuchl » ne peut se décider, alors Aloisa Bischof leur fait un petit assortiment de différentes variétés de pâtisseries. Car si on vient une fois dans ce royaume de la séduction, on revient forcément encore et encore…

www.aloisia.at