Navigation Contenu Activités en Autriche

La Hungerburgbahn d’Innsbruck
Nos coups de cœur

Un funiculaire pas comme les autres : non loin du « Petit Toit d’or » d’Innsbruck, une curieuse construction amorphe étincèle au soleil. À y regarder de plus près, ce drôle de bâtiment est en fait la station de départ de la Hungerburgbahn, née de l’imagination de Zaha Hadid.

Le funiculaire Hungerburgbahn à Innsbruck © Österreich Werbung/Andreas Hofer

Innsbruck, Höhenstraße 145

Innsbruck, Höhenstraße 145 sur la carte

La célèbre architecte s’était déjà illustrée à Innsbruck en 2002, en relookant le tremplin de saut de Bergisel. Cinq and plus tard, c’est donc la ligne de funiculaire qu’elle a ainsi propulsée aux avant-postes de l’innovation architecturale.

Les voyageurs occupés à admirer le panorama à bord de l’une des cabines entièrement vitrées du funiculaire sont sans doute loin d’imaginer tous les défis techniques posés par sa construction, du fait de la pente toujours changeante ou de la complexité du tracé.

Mais si les stations du funiculaire font un effet spectaculaire, avec leurs formes molles évoquant glaciers et autres congères, le trajet en lui-même ne l’est pas moins. On s’engouffre tout d’abord dans un tunnel, puis on franchit un imposant pont jeté au-dessus de l’Inn avant de s’engager sur une montée à 46 % pour accéder à la Hungerburg, qui trône à 300 mètres au-dessus de la ville.

De là, c’est par la nouvelle télécabine panoramique que l’on accédera à la Seegrube (1 905 mètres), d’où se découvre une vue à couper le souffle sur l’ensemble de la vallée de l’Inn, les Alpes du Stubai et du Zillertal, la vallée de Wipptal et jusqu’à la frontière italienne. Le nouveau restaurant Alpenlounge assure des sommets de gastronomie. Mais pour tous ceux qui veulent aller toujours plus haut, il est encore possible de prendre le téléphérique Hafelekarbahn et de monter au sommet éponyme, à 2 256 mètres d’altitude : une vue dégagée 350 jours par an vous y attend. Peut-on rêver mieux ?

www.nordkette.com