Navigation Contenu Activités en Autriche

Haydn à Vienne

À Vienne, le souvenir de Haydn est omniprésent pour qui sait ouvrir les yeux, depuis une statue plantée en pleine zone commerçante de la Mariahilfer Strasse jusqu’à l’horloge historique « Ankeruhr ».

Lidia Baich, Vienne © Wien Tourismus
« Ankeruhr »
L’horloge « Ankeruhr », construite entre 1911 et 1917 sur les plans du peintre Art nouveau Franz Matsch, est en réalité un pont d’une portée de dix mètres enjambant reliant les deux bâtiments de la cour Anker par dessus une petite ruelle. En l’espace de douze heures, 12 figurines de personnages historiques liés à Vienne franchissent ce pont, avec l’accompagnement musical approprié, de Marc Aurèle à l’impératrice Marie-Thérèse en passant par Charlemagne. À midi, tous ces personnages paradent ensemble, Joseph Haydn refermant la marche. À l’origine, l’horloge jouait l’Hymne à l’Empereur, mais après l’abolition de la monarchie austro-hongroise, cet air fut remplacé par une autre mélodie de Haydn moins « connotée ».
1010 Vienne, Hoher Markt 10-11

Statue de Haydn, Mariahilfer Strasse
Situé en plein cœur d’une grande artère commerçante de la ville, ce monument inauguré en 1887 a vu le jour grâce à une souscription lancée par les admirateurs de Haydn longtemps après sa mort. La statue en marbre est l’œuvre d’un sculpteur tyrolien, Heinrich Natter, tandis que le socle à étages est dû à l’architecte viennois Otto Hieser.
1060 Vienne, Mariahilfer Str. 55

Monument de Marie-Thérèse
Sur ce monument à la gloire de l’impératrice, créé en 1888 par Kaspar Zumbusch et situé entre le Kunsthistorisches Museum et le Naturhistorisches Museum, à Vienne, sont représentés ses conseillers et maréchaux, mais aussi son médecin personnel Gerhard van Swieten et les compositeurs Gluck, Haydn et Mozart (enfant), avec la gloriette du château de Schönbrunn en arrière-plan.
1010 Vienne, Burgring, Maria-Theresien-Platz

Park Haydn
Ce parc abrite la première pierre tombale de Haydn, qui porte une inscription en latin : « Haydn, né en 1732, mort en 1809. Canon énigmatique à cinq voix. Je ne mourrai pas tout entier. Offert par son élève Neukomm, de retour à Vienne, 1814. » Une autre plaque précise que les ossements du compositeur furent rapatriés à l’église du Calvaire d’Eisenstadt le 6 novembre 1820. Le crâne de Haydn, subtilisé quelques jours après sa mort, ne rejoignit le reste du corps qu’en 1954, à l’issue d’un parcours rocambolesque.
1012 Vienne, Gaudenzdorfer Gürtel (anc. cimetière du Hundsturm, 1783–1874)

Maison du Neuer Markt
L’ancienne Hoföbstlerisches Haus fut habitée par Haydn de 1792 à 1797. C’est ici que fut créé le Quatuor « L’Empereur », devenu l’hymne national allemand, qui est sans doute la mélodie de Haydn la plus connue.
1010 Vienne, Neuer Markt 2

Maison de la Seilerstätte
C’est ici qu’habita Haydn après avoir servi la famille Esterházy à Eisenstadt et en Hongrie. L’orchestre des Esterházy fut dissous à la mort du prince Nicolas Ier. Haydn resta au service des princes Esterházy jusqu’à la fin de ses jours, mais sans être limité dans ses activités. C’est dans cette maison qu’il fit la rencontre de son jeune confrère Wolfgang Amadeus Mozart, le 14 décembre 1790.
1010 Vienne, Seilerstätte 21

Maison de la Johannesgasse
Haydn habita ici après son retour d’Angleterre, en 1792. Il y reçut Ludwig van Beethoven, qui n’avait alors que 22 ans et deviendrait le plus célèbre de ses élèves.
1010 Vienne, Johannesgasse 18

Église des Frères miséricordieux
Une plaque rappelle que Haydn y fut organiste de 1755 à 1758. Ce poste lui rapportait 60 florins par an, somme non négligeable pour Haydn durant ces années de vaches maigres.


Église de Gumpendorf
Une plaque avec relief en bronze, œuvre du sculpteur Robert Ullmann, commémore la bénédiction accordée à la dépouille mortelle de Joseph Haydn le 1er juin 1809.