Navigation Contenu Activités en Autriche

La saison de Carnaval

Mélange de traditions païennes millénaires et de fêtes religieuses, le carnaval est un événement à ne pas manquer en Autriche. Fêtes et bals costumés ponctuent la vie locale tout au long des mois de janvier et de février.

Carnaval à Telfs au Tyrol © Österreich Werbung / Oskar Wurm

Chasser l'hiver

Appelé « Fasching » dans l’Est du pays et « Fasnacht » à l’Ouest, le carnaval est une tradition de longue date. Attendue par les Autrichiens, ils la considérèrent un peu comme une cinquième saison. Aux quatre coins du pays, on se déguise, on se maquille, on parade pour faire la fête, de l’Epiphanie au Mercredi des Cendres. Cette coutume religieuse, qui s’achève avec Mardi-gras et qui précède les 40 jours de carême, trouve aussi ses origines dans des croyances païennes.
Depuis toujours, les saisons et les conditions météorologiques marquent la vie rurale. L’hiver étant une période froide où les nuits sont longues, les paysans l’associaient aux créatures maléfiques. Pour conjurer le sort et éloigner les démons de l’hiver, les habitants revêtent leurs costumes de monstres velus à cornes, les « Perchtenläufe ». Ils sillonnent ensuite les villages montagneux du Tyrol et déambulent dans les rues en faisant le plus de bruit possible. D’autres, pour éloigner l’hiver, portent des bonnets à clochettes ou font claquer la nuit de longs fouets en rythme, lors du « Aperschnalzen».
 

L'origine des déguisements

Mais la tradition du déguisement au moment du carnaval vient de l’époque où l’on pouvait ainsi une fois par an faire disparaître les différences de rang social derrière un masque et un costume. On pouvait ainsi être quelqu’un d’autre et faire tout ce que l’on voulait, personne ne pouvant nous reconnaître. Cette « liberté du fou du roi » existe toujours dans le carnaval autrichien et va de pair avec les fêtes exubérantes et colorées de la fin de l’hiver. Les costumes et les préparatifs sont mis en place plusieurs mois avant pour que tout soit prêt durant l’hiver.
 

Les défilés...

Ainsi, en janvier et février, on assiste à de nombreux défilés, tous les plus loufoques les uns que les autres, comme les courses à ski costumés. Mais le carnaval est quand même à son apogée durant la semaine précédant le Mercredi des Cendres. Là, les bouffons s’en donnent à cœur joie, font la fête et dansent jusqu’au petit matin. Lors du dimanche précédent Mardi gras, le « Faschingssonntag », on compte de nombreuses fêtes costumées à travers tout le pays, comme à Ebensee (Haute-Autriche), connu pour son Carnaval des chiffons. Dans le Tyrol, plusieurs villages (Nassereith, Imst, Telfs, Thaur et Axams) organisent à tour de rôle des défilés avec déguisements et masques anciens sculptés.

A découvrir aussi, le Carnaval de Villach en Carinthie, organisé sur le modèle du Carnaval rhénan. La ville, auto-désignée la capitale des bouffons, débute les festivités le samedi avant Mardi gras, à 14h. Ce ne sont pas moins de 150 groupes, composés de plus de 3.000 bouffons, qui défilent, le tout suivi par plus de dix mille curieux. Un jury élit ensuite les plus jolis masques. Le jour de Mardi gras, une scène est installée où se produisent des groupes de musique, ceux-ci étant bien sûr déguisés.

A Bad Aussee (Styrie), la veille de Mardi Gras, les femmes tambours (Trommelweiber) défilent, puis viennent le tour des « Flibserl », des personnages avec des costumes pailletés.  D’autres défilés ont lieu lors de Mardi Gras, comme à Bleiburg (Carinthie) ou à Ötz dans la vallée supérieure de l’Inn.

Et même après Mardi gras, on continue de s’amuser, notamment dans le Vorarlberg, où ont lieu de grandes fêtes. Le premier dimanche du Carême (Funkensonntag – le dimanche des étincelles), on fait brûler une sorcière sur un bûcher pour chasser symboliquement l’hiver.

En ville, il est interdit de porter un déguisement dans la rue. Suite à des débordements (certains en profitaient pour se venger ou assassiner un rival), l’impératrice Marie-Thérèse avait alors interdit à tous de porter un masque et de se cacher le visage, à l’extérieur. C’est à partir de ce moment-là que les festivités se sont déplacées vers l’intérieur et que la tradition des bals masqués fut née. A Vienne, on continue encore de nos jours cette coutume, lors du bal des bonbons, qui a lieu au Konzerthaus. Sponsorisés par plusieurs confiseurs et chocolatiers, les participants reçoivent de nombreuses douceurs et c’est aussi l’occasion d’élire une miss Bonbon, qui entre autres, gagne son poids en chocolat…

Plus d'informations sur le carnaval dans les différentes régions