Navigation Contenu Activités en Autriche

Le chant de Noël « Douce nuit »

Le chant de Noël « Douce nuit, sainte nuit » a ému des générations de personnes de tous pays et de tous horizons. C’est l’expression d’une dévotion intense et d’une aspiration universelle à la paix.

Musée Stille Nacht à Hallein © stillenachtland.at

Oberndorf bei Salzburg

Oberndorf bei Salzburg sur la carte

L'origine

Franz Xaver Gruber et Josef Mohr se seraient-ils rencontrés sans une intervention de la Providence ? Le premier, instituteur de la petite ville d’Oberndorf bei Salzburg, était aussi l’organiste titulaire de son église Saint-Nicolas. Le second en deviendra le curé auxiliaire de 1817 à 1819. À son arrivée à Oberndorf, J. Mohr a dans ses bagages un poème composé l’année précédente, Stille Nacht, Heilige Nacht. En 1818, F. X. Gruber le met en musique et le soir du 24 décembre, ce chant de Noël appelé à faire le tour du monde est entonné pour la toute première fois.

 

 

Une chanson pour donner de l'espoir

L’Europe sortait alors tout juste des guerres napoléoniennes, avec leur cortège de destructions et de changements de régime. Oberndorf elle-même venait de passer du royaume de Bavière à l’Empire d’Autriche. Ses bateliers quant à eux traversaient depuis plusieurs années une période difficile. C’est dans ce contexte de conflits et de privations que Mohr et Gruber voulurent redonner espoir à leurs ouailles. L’histoire prouva qu’ils avaient réussi.

 

 

 

 

Diffusion dans le monde entier

À une époque où n’existait aucune technique d’enregistrement ni de diffusion, ce chant de Noël fut rapidement connu au-delà des frontières de l’Autriche. Ce la est dû bien sûr à ses qualités intrinsèques, mais aussi aux marchands itinérants, qui bien souvent étaient aussi un peu chanteurs. C’est eux en effet qui firent connaître le chant dans les foires d’Allemagne, jusqu’à ce qu’il arrive aux oreilles du roi de Prusse Frédéric-Guillaume II. En 1854, la chapelle royale de Berlin demande à s’en procurer la partition : Gruber, le compositeur, rédige aussitôt une note de deux pages sur l’histoire de la création du chant et de sa présentation à la veillée de Noël en 1818, à Oberndorf.

La musique peut sembler prendre le pas sur le texte, mais quiconque écoute attentivement les six strophes d’origine ne manquera pas d’y déceler une joie profonde face au mystère de la naissance de Jésus


LIENS :
Société Stille Nacht
Le site de la Stille-Nacht-Gesellschaft est une mine d’informations sur l’origine et la création de ce chant de Noël entré dans la légende.
www.stillenacht.at

Musée d’Oberndorf
La ville d’Oberndorf a consacré un musée au chant « Douce nuit » ainsi qu’à ses traditions populaires. Le visiteur y découvrira comment fut créé et diffusé ce chant de Noël.
Horaires d’ouverture : tous les jours de 9 à 16 h (9-18 h pendant l’Avent). Fermeture annuelle en février.
www.stillenacht-oberndorf.at

Communes « Stille Nacht »
Le Pays de Salzburg a été rebaptisé « Stille-Nacht-Land ». Découvrez-le à travers cinq communes : Arnsdorf, Hallein, Mariapfarr, Oberndorf, Salzbourg et Wagrain.
www.stillenachtland.at

Musée Celte de Hallein
« Motif authentique de la composition du célèbre chant de Noël Stille Nacht ! Heilige Nacht ! » : tel est le titre d’une lettre autographe de Franz Xaver Gruber conservée aux Archives du musée Celte de Hallein. Un témoignage de première main sur la veillée de Noël 1818 à Oberndorf.
www.keltenmuseum.at

Stille Nacht Land Salzburg