Please choose Language or Country
or

7 expériences au sommet

Liberté, frissons et ivresse des sommets, le glacier du Dachstein nous fait vivre sept expériences de la montagne en plein cœur de l’Autriche  – sans aucune escalade. Il suffit de prendre la télécabine et de se laisser guider à travers le palais de glace, sur le pont suspendu ou la plateforme en avancée. On n’a pas fini de s’émerveiller.
 

1. Retomber en enfance

Assis dans le car, bouillant de la même impatience qu’un enfant à Noël, on compte les mètres qui nous séparent encore du téléphérique du Dachstein, à quelques kilomètres de Salzbourg  : on n’y tient plus tant est forte l’envie de voir de ses yeux le palais de glace et le Skywalk, cette plateforme vitrée en avancée. Tout autour du car, les montagnes semblent toujours plus hautes, et notre hâte de prendre la télécabine pour commencer l’aventure grandit à mesure que la route s’élève. Cette joie fébrile est déjà une bénédiction – comme à Noël justement.


2. Se laisser griser quand tout d’un coup on décolle

Sourire aux lèvres, les randonneurs se pressent dans la télécabine, qui après une secousse se met à osciller. Le sol s’éloigne de plus en plus, et la station en aval se réduit à un point. Même ceux qui n’ont pas le vertige sont envahis par une sensation étrange à mesure que sous leurs pieds la verdure se mue en éboulis grisâtres. La paroi rocheuse, abrupte, se rapproche, la cabine passant à quelques mètres de la pierre nue. Petit à petit, on devine le panorama plus époustouflant encore qui nous attend au sommet.
 

3. Surplomber les nuages et jouir d’une liberté absolue

Sur le Skywalk, plateforme panoramique vitrée, le vent siffle et nous enroule de ses cabrioles quand on ose s’approcher de la balustrade. Jouir d’un tel point de vue est exceptionnel. À l’horizon, on reconnaît les principaux massifs : le Großglockner, sommet de l’Autriche à 3 798 m de hauteur, puis le Hochkönig (2 941 m) et le Großvenediger (3 666 m). Face à ce paysage, un sentiment de liberté absolue nous étreint, une liberté sans fin. On reste là, fasciné, laissant l’immensité nous imprégner, avant de s’acheminer vers l’attraction suivante.

Sans escalade sur le glacier

  • Le glacier du Dachstein © Österreich Test / Reinhold Leitner Le glacier du Dachstein © Österreich Test / Reinhold Leitner
  • Dachstein © Österreich Test Dachstein © Österreich Test
  • Dachstein © Österreich Test / Reinhold Leitner Dachstein © Österreich Test / Reinhold Leitner
  • Faire de la randonnée au Dachstein © Österreich Test Faire de la randonnée au Dachstein © Österreich Test

4. Tout chose, traverser le pont suspendu

L’amour est dans l’air. C’est du moins ce que laissent à penser les petits cadenas accrochés à la rambarde du pont suspendu. Sans doute l’effet des sommets, ou alors le vertige qui s’empare de nous quand on s’aventure sur la grille surplomblant le précipice d’une centaine de mètres, pour franchir la passerelle en direction du Haut Dachstein. Chaque pas sur le pont intensifie cette sensation de bonheur ultime. Oui, presque comme si on tombait amoureux – d’une vue à couper le souffle.


5. Frémir en arrivant sur l’estrade en verre, un peu comme sur un nuage

Il arrive qu’une petite queue se forme, obligeant à patienter avant de descendre les 14 marches de l’escalier vers le néant. Sous nos pieds, les arêtes vives du Dachstein. Sans doute faut-il faire un léger effort sur soi-même pour se tenir debout sur la plateforme en verre transparent. Mais le fantastique panorama qu’on admire alors n’en a que plus de prix. Parfois, des nuages viennent se blottir contre les flancs de la montagne et entourent la roche d’un coussin cotonneux : si enfant déjà on essayait de s’imaginer la texture des cumulus, là on se retrouve bel et bien au milieu des nuées, et la sensation est grandiose.

Du sommet vers le Palais de glace

  • Pont en verre suspendu © Österreich Test Pont en verre suspendu © Österreich Test
  • Pont en verre © Österreich Test Pont en verre © Österreich Test
  • Pont suspendu © Österreich Test Pont suspendu © Österreich Test
  • Cadenas d'amour © Österreich Test Cadenas d'amour © Österreich Test
  • Palais de glace © Österreich Test / Reinhold Leitner Palais de glace © Österreich Test / Reinhold Leitner

6. S’émerveiller du « cœur vert styrien » rehaussé de bleu

À l’intérieur du glacier, le palais de verre nous donne à voir une petite Styrie en version cristalline. On n’y entend que les gouttes qui tombent une à une, et le « Ah » émerveillé des autres visiteurs. Sinon, tout est silencieux dans la grotte glacée. L’atmosphère est magique. Autour des sculptures, une mer lumineuse change progressivement de couleur : la tour de l’horloge de Graz y resplendit d’un vert intense, ailleurs, une niche luit d’un bleu vif. On reste fasciné devant le gigantesque cristal rocheux, admirant les effets de la lumière chaude sur les bords gelés. Une débauche de couleurs.


7. Sentir son ventre gargouiller après cette journée intense  

En achevant le circuit, on arrive de nouveau au Skywalk. Certains jours, la vue se métamorphose en quelques heures, et là où s’étalait auparavant la face abrupte de la montagne, s’étend un épais plafond de nuages. Notre estomac est noué, mais ce n’est ni à cause de la hauteur vertigineuse, ni sous l’effet de l’émerveillement. C’est la faim. Le mieux est alors de reprendre le téléphérique vers la station pour retrouver bientôt la terre ferme. À l’auberge Türlwand, on pourra se rassasier de fromage local, d’une bonne soupe ou encore de knödel sucrés prune-pavot. On peut aussi opter pour un toast Dachstein – en hommage à cette montagne unique.

Vue à 360° - un paysage encore plus beau en vrai

Copyright des images

La promotion de l’Autriche en tant que destination touristique constitue le principal objectif des deux domaines www.austria.info et www.austriatourism.com.