Familienbild der Mozarts von Johann Nepomuk della Croce, 1780/81

Internationale Stiftung Mozarteum

Mozart intime : le génie et l’homme

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) est l’un des compositeurs les plus célèbres au monde. Des milliers de personnes visitent chaque année Vienne et Salzbourg pour mieux connaître l’homme derrière le génie.

Salzburgi Ünnepi Játékok

Ecouter Mozart

Salzburgi Ünnepi Játékok

Salzburger Festspiele

Vienne et Salzbourg

C’est au 5 de la Domgasse à Vienne, aujourd’hui Mozarthaus Vienna, que le compositeur a coulé les jours les plus heureux et les plus prolifiques de sa vie. Après sa rupture avec le prince-archevêque Colloredo, au service duquel il était employé, Mozart avait quitté Salzbourg, sa ville natale, pour s’installer comme compositeur indépendant dans la capitale impériale. Pianiste, compositeur et professeur de musique très en vue, il compose à Vienne ses plus grands opéras, dont Les Noces de Figaro, des symphonies, des pièces pour piano, clarinette, cor et violon, ou encore des quatuors à cordes, de la musique sacrée et son œuvre ultime et inachevée, le Requiem. Il gagne en moyenne 5 000 florins par an, soit 150 000 euros actuels.

Jusqu’à sa mort, Mozart a toujours beaucoup voyagé. Personnalité turbulente, volontiers puéril, il a toujours été conscient de son exceptionnel talent.

Portrait de famille des Mozart

  • W.A. Mozart Gemälde / B. Kraft

    W.A. Mozart Gemälde / B. Kraft

    Österreich Werbung / Gesellschaft der Musikfreunde
  • Wolfgang Amadeus Mozart als Knabe im Galakleid, Ölgemälde Pietro Antonio Lorenzoni, 1763

    Wolfgang Amadeus Mozart als Knabe im Galakleid, Ölgemälde Pietro Antonio Lorenzoni, 1763

    Internationale Stiftung Mozarteum
  • Familienbild der Mozarts von Johann Nepomuk della Croce, 1780/81

    Familienbild der Mozarts von Johann Nepomuk della Croce, 1780/81

    Internationale Stiftung Mozarteum
  • W. A. Mozart

    W. A. Mozart

    Österreich Werbung / Hans Wiesenhofer

« Les voyages forment la jeunesse », affirmait le père de Mozart Leopold, non sans raison. Dès l’enfance, Mozart sillonnait l’Europe sans relâche, donnant des concerts jusqu’à Londres. Cela contribua à faire reconnaître son incroyable talent et à faire de lui une célébrité. À l’époque les voyages étaient pénibles et terriblement longs. Le moyen de transport le plus en vogue était le coche. Rallier Vienne depuis Salzbourg pouvait prendre une bonne semaine. Au total, Mozart a passé une dizaine d’années de sa vie en voyage. Il avait d’ailleurs un pianoforte de voyage, sur lequel il composait pendant ses périples. L’instrument mesurait à peine 90 cm de large, 31 cm de profondeur, et avait un pédalier distinct, amovible.

Que contenaient les bagages de Mozart ?

Bien entendu les pièces maîtresses de ses bagages étaient les instruments, piano de voyage et violons. La famille Mozart possédait également de beaux atours, adaptés aux représentations devant l’aristocratie européenne. Enfin, les malles contenaient des objets du quotidien : nécessaire de toilette, écritoire, boîtes à thé, à sucre et à couverts, pharmacie de voyage.

Mozart emportait également des livres, dont un guide de voyage et une grammaire destinée à l’aider dans l’apprentissage des langues. Une balance servait à peser or et monnaies pour en calculer la valeur.

Leopold Mozart pensait aussi toujours à se munir de lettres de recommandation susceptibles de faciliter son introduction auprès des familles nobles des villes visitées.

Kutsche um 1790

Kutsche um 1790

Österreich Werbung / Hans Wiesenhofer

Leopold, le père de Wolfgang, était un homme résolument moderne. Il aimait sa femme, et lui demandait souvent conseil, ce qui était insolite pour l’époque. Il avait des idées progressistes, et, avant l’heure, le génie du marketing. Il restait cependant conservateur sur un point : il tenait absolument à ce que ses deux enfants soient anoblis. Et Wolfgang le fut, par le pape, qui le fit Chevalier de l’éperon d’or. Mais au lieu de faire fructifier ce titre par un riche mariage, Mozart se maria par amour et son anoblissement tomba dans l’oubli. Lui-même n’utilisait pas son titre, se faisant appeler Wolfgang Amadé, ou en Italie Wolfgango Amadeo.

En 1781 se noua une vive amitié entre Wolfgang Amadeus Mozart et Joseph Haydn, de 24 ans son aîné. Haydn, principal représentant avec Mozart du classicisme viennois, confia à Leopold : « Je dois vous le dire devant Dieu, et comme un honnête homme, votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse, en personne et de nom ». Haydn et Mozart appartenaient tous deux à la même loge maçonnique, ce qui atteste leur grande communauté d’esprit.

Mozart a passé à Vienne les dix dernières années de sa vie. Il s’y est marié, y a eu ses enfants, y est mort et enterré. Sa vie tumultueuse et surtout sa mort brutale ont nourri les spéculations. Mozart lui-même, dans les jours précédant son décès, a prétendu avoir été empoisonné. De nombreuses études scientifiques ont par la suite réfuté cette thèse.

  • Maison natale de Mozart, Salzbourg

    Maison natale de Mozart, Salzbourg

    Tourismus Salzburg GmbH
  • Blick auf die Stadt Salzburg

    Blick auf die Stadt Salzburg

    Österreich Werbung / Wolfgang Weinhäupl
  • Wolfgang Amadeus Mozart als Knabe im Galakleid, Ölgemälde Pietro Antonio Lorenzoni, 1763

    Wolfgang Amadeus Mozart als Knabe im Galakleid, Ölgemälde Pietro Antonio Lorenzoni, 1763

    Internationale Stiftung Mozarteum
  • Vienne, panorama de la ville

    Vienne, panorama de la ville

    Österreich Werbung / Julius Silver
    Wien
  • Ausstellung im 3. Stock des Mozarthauses

    Ausstellung im 3. Stock des Mozarthauses

    Mozarthaus Vienna / David Peters
  • Ausstellung in Mozart's Geburtshaus in Salzburg

    Ausstellung in Mozart's Geburtshaus in Salzburg

    Christian Schneider
  • W.A. Mozart Gemälde / B. Kraft

    W.A. Mozart Gemälde / B. Kraft

    Österreich Werbung / Gesellschaft der Musikfreunde
  • Mozart's musikalische Kollegen im Mozarthaus

    Mozart's musikalische Kollegen im Mozarthaus

    David Peters / Mozarthaus Vienna

À 21 ans Mozart se rend avec sa mère à Mannheim, en Allemagne. Il y rencontre la soprane Aloysia Weber, dont il s’éprend éperdument. Wolfgang Amadeus a immédiatement la certitude de l’épouser et de passer avec elle le restant de ses jours. Il se met même à composer la musique de leur messe de mariage. Mais la jeune femme décline sa proposition.

Le père de Mozart, sévère et ambitieux, était lui-même absolument opposé à cette union, car il jugeait son fils trop immature. Il souhaitait que Wolfgang se consacre entièrement à sa carrière sans se laisser distraire par le beau sexe.

Son plan réussit quelques temps. Mais l’amour finit par l’emporter. Installé à Vienne, Mozart rencontre Constanze Weber, la plus jeune sœur d’Aloysia. Ignorant la volonté paternelle, il se marie sans attendre le consentement de Léopold, le 4 août 1782, lors d’une modeste cérémonie à la cathédrale Saint-Étienne.

Mozart dégustait volontiers son lait d’amande au Café Tomaselli, sur l’Alter Markt à Salzbourg. Cet établissement prestigieux, le plus ancien café d’Autriche en exploitation, a été fondé en 1700. Mozart était un habitué des lieux, ce qui n’est guère étonnant vu l’emplacement du café, à quelques minutes à pied de la maison natale du compositeur, dans la Getreidegasse.

Pour accompagner des plats relevés comme la choucroute aux quenelles de foie, Mozart appréciait la bière brune. Sa sœur Nannerl évoque dans son journal, en août 1780, les bières consommées à la brasserie Salzburger Stieglbräu tout en jouant aux quilles.

Quiconque s’intéresse de près à Mozart constate bien vite que son apparence physique reste mystérieuse. Les portraits conservés du compositeur, l’effigie qui orne l’emballage des Mozartkugeln, succulentes boules de chocolat fourrées à la pâte d’amande, donnent de lui une image très changeante. Son nez par exemple ne cesse de s’affiner, conférant à ses traits plus de noblesse, et rajeunissant le compositeur. De même, les murs de sa maison natale sont couverts de portraits sur lesquels la couleur de ses yeux varie chaque fois. Il faut dire qu’au XVIIIe siècle on représentait souvent les gens avec les yeux bleus, couleur qui correspondait aux canons de beauté de l’époque. En réalité, Mozart avait très certainement les yeux marron.

« Un phénomène comme Mozart reste une exception inexplicable »

Johann Wolfgang von Goethe

Comme le voulait son rang, la famille Mozart ne possédait en sa demeure de la Makartplatz ni hamster ni poisson rouge, mais des oiseaux chanteurs. Elle avait aussi une chienne, Pimperl, foxterrier aussi aimé que libre. Quand Mozart s’installa à Vienne, il eut également plusieurs oiseaux, dont un étourneau. À la mort de l’oiseau, le compositeur lui consacra même un poème : « Gedicht auf einen toten Star » (Poème sur un étourneau mort, 1787).

Mort à l’âge très précoce – même pour l’époque – de 35 ans, Wolfgang Amadeus Mozart a réalisé au total 626 compositions. À douze ans, il avait déjà composé trois opéras, six symphonies et des centaines d’autres œuvres. Son génie, qui a impressionné ses contemporains, exerce aujourd’hui encore une influence.

La fascination pour Mozart reste vive. Presque aucun autre musicien n’a d’ailleurs fait l’objet d’une commercialisation aussi variée et fructueuse. En 1986, avec Rock Me Amadeus, la popstar autrichienne Falco a conquis les hit-parades américains. En 1984 déjà, l’Amadeus de Milos Forman avait été le film de l’année, remportant huit Oscars, et la comédie musicale Mozart avait affiché complet jusqu’à la dernière au théâtre historique de Vienne Theater an der Wien. Le portrait du compositeur orne non seulement la pièce autrichienne d’un euro, mais aussi les fameux chocolats salzbourgeois Mozartkugeln. À cela s’ajoutent d’innombrables biographies, romans et légendes sur le musicien sans doute le plus génial de tous les temps, au point d’être devenu une marque. Une marque estimée à cinq milliards d’euros.

Le classicisme viennois

Le classicisme viennois (1770-1830) rassemble principalement les compositeurs Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart et Ludwig van Beethoven.

Ce courant musical européen a surtout évolué dans les années qui ont suivi l’installation de Mozart à Vienne. C’est en effet à cette époque que Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus ont échangé sur le plan artistique, s’inspirant l’un de l’autre pour proposer des compositions d’un genre nouveau, sous forme de quatuors à cordes ou de symphonies.

Le classicisme à Vienne
Hammerklavier

Hammerklavier

Österreich Werbung / Hans Wiesenhofer

L’Orchestre philharmonique de Vienne

L’Orchestre philharmonique de Vienne, ou Wiener Philharmoniker, a son propre son, le son viennois. Concernant les œuvres de Mozart, les grands chefs qui l’ont dirigé commentent :
« Le Philharmonique de Vienne joue Mozart avec un naturel et une élégance inégalés. Son jeu est typique de la tradition mozartienne. Cet orchestre a une identité musicale spécifique, très belle à entendre. »

Sa relation à l’histoire et à la tradition de la musique européenne est fascinant – d’ailleurs le Philharmonique existe dans sa ville natale, Vienne, depuis plus de 175 ans.

L’Orchestre philharmonique de Vienne
Musikverein de Vienne, Grande salle

Musikverein de Vienne, Grande salle

Österreich Werbung / Sebastian Stiphout
Wien

Pour faire plus qu’écouter Mozart...






  • Goûtez

    aux Mozartkugeln de Salzbourg. Une pâte d’amande verte, à la pistache, qu’enrobent un fin praliné et du chocolat noir.

    Goûter
    Mozartkugeln, Cafe Konditorei Fürst

    Mozartkugeln, Cafe Konditorei Fürst

    Tourismus Salzburg GmbH
  • Regardez

    le portrait du compositeur et entrez en interaction avec lui. En échangeant son visage avec le sien, à la Haus der Musik, à Vienne.

    Regarder
    Facing Mozart im Haus der Musik

    Facing Mozart im Haus der Musik

    Haus der Musik / Stephanie Berger

Saviez-vous qu’à l’époque de Mozart...