Chercher

    Mozart et les Jacquin : l'histoire d'une amitié

    Les soirées passées chez la famille Jacquin amusaient et détendaient Mozart. Elles l’incitaient aussi à composer lieder et autres menuets, notamment à l’aide d’un jeu de dés.

    Les soirée chez les Jacquin : jeux, musique et divertissements

    À la fin d’une longue journée passée au clavier, Wolfgang Amadeus se faufilait dans les ruelles de Vienne. Il franchissait la Stubentor pour pénétrer dans le Glacis, quartier d’agrément très prisé entre l’enceinte de la ville et les faubourgs. Arrivé à hauteur du jardin botanique, il disparaissait sous un porche et n’en ressortait que tard dans la nuit, plein d’allant. C’est du moins ce que nous aimons à imaginer, puisque moult détails de la vie de Mozart restent une énigme. Une chose est sûre cependant : chaque mercredi soir, des années durant, le génial compositeur rendait visite à son ami Nikolaus Joseph von Jacquin. Ce botaniste, chimiste et médecin était l’un des hommes les plus érudits de son temps – savants et artistes se pressaient dans son salon. Découvreur de plusieurs plantes, Jacquin avait introduit à Vienne l’illustration botanique. Son nom est resté célèbre dans sa spécialité.

    De bons amis

    Les enfants Jacquin appréciaient beaucoup la musique. D’après les documents de l’époque, la fille de Nikolaus, Franziska, était même une pianiste et chanteuse de talent. Mozart lui enseignait d’ailleurs le piano. Mais au-delà de ce lien pédagogique, il vouait à toute la famille une amitié sincère. Il était très proche du frère de Franziska, Gottfried, lequel s’essayait lui-même à composer pour impressionner la gent féminine avec ses chansons d’amour. Avait-il du succès ? C’est fort possible, car on sait aujourd’hui que certains de ses lieder ont été écrits par Mozart, lequel voyait dans cette innocente tromperie une preuve d’amitié.

    Détente et inspiration

    Les soirées chez les Jacquin duraient jusque tard dans la nuit. Pendant que les hôtes plus âgés conversaient avec érudition, les plus jeunes, dont Mozart, s’amusaient et jouaient, tant de la musique que des jeux de société. Ce divertissement était très précieux pour Wolfgang, accablé de travail. Dans cette atmosphère joyeuse il pouvait enfin se détendre, et parfois trouver l’inspiration.

    C’est ainsi que Mozart inventa, en 1787, un jeu musical (KV 516f.) dédié à Franziska : on combine de manière aléatoire, en fonction des dés et de règles complexes, des fragments de musique composés au préalable, associés aux lettres de l’alphabet. Ces jeux devenaient alors à la mode dans toute l’Europe. Aujourd’hui, la Maison de la musique de Vienne propose, sur ordinateur, une variante du jeu baptisée NAmadeus.

    Lorsqu’il n’avait pas le temps de rendre visite à ses chers Jacquin, Mozart regrettait leur compagnie. Depuis Prague il écrivait à Gottfried : « Je dois vous avouer que même si je reçois ici tous les égards et honneurs possibles, je me languis beaucoup de Vienne, et croyez-moi, plus particulièrement de votre maison. »

    Les Jacquin

    Leur amitié était très précieuse pour Mozart et a eu beaucoup d’influence sur sa créativité.

    •                     3., Rennweg 14 - Botanischer Garten, um 1903, Inv.-Nr. 27721
      media_content.tooltip.skipped

      La maison des Jacquin vers 1903

      Cette maison était l’un des hauts lieux culturels et scientifiques de Vienne. Aujourd’hui seul le platane dit « de Mozart » rappelle ce glorieux passé.
    •                     Joseph Krafft (Künstler), Nikolaus Josef Freiherr von Jacquin (Botaniker und Chemiker), 1811
      media_content.tooltip.skipped

      Nikolaus Josef Freiherr von Jacquin

      Ce botaniste, chimiste et médecin était l’un des hommes les plus érudits de son temps. Savants et artistes se pressaient chez lui.

    Mozart au musée

    mozarthaus / Mozarthaus Wien
    media_content.tooltip.skipped

    Bienvenue chez les Mozart

    Mozarthaus Vienna

    La Domgasse est une ruelle étroite, tout près de la cathédrale Saint-Etienne. Mozart et sa famille y ont habité au numéro 5 de 1784 à 1787.

    C’est ici que Wolfgang Amadeus a composé Les Noces de Figaro, opéra mondialement célèbre, ou encore trois des six Quatuors dédiés à Haydn. C’est l’appartement le plus vaste, le plus cossu et le plus cher que Mozart ait jamais occupé, et son seul logement viennois resté intact. À la Maison de Mozart, à Vienne, vous en apprendrez beaucoup sur le compositeur et son œuvre, sur sa vie personnelle et sa vie en société, mais aussi sur la ville elle-même et le rapport qu’Amadeus entretenait avec elle. À son époque, Vienne comptait plus de 50 000 habitants à l’intérieur de l’enceinte, autrement dit, dans la superficie de l’actuel 1er arrondissement.

    Plus d'info

    Visitez-nous à Vienne

    House of Music facade / Vienna
    media_content.tooltip.skipped

    Jeu musical de Mozart KV 516f

    Haus der Musik

    La Maison de la musique de Vienne propose de jouer au jeu de composition imaginé par Mozart pour son élève Franziska von Jacquin. Ce jeu prend aujourd’hui la forme d’un programme informatique, « NAmadeus ». À l’aide d’un terminal interactif, on crée un petit morceau de musique à partir des lettres de son prénom, ou de toute autre combinaison de lettres.

    Plus d'info
    Wolfgang Amadeus Mozart

    Vom Haus der Musik zum Botanischen Garten

    media_content.tooltip.skipped
    • • Départ
      Haus der Musik
    • • Étape 1
      Mozarthaus Vienna
    • • Étape 2
      Stubentor
    • • Étape 3
      Stadtpark
    • • Étape 4
      Mozart Platane
    • • Arrivée
      Botanischer Garten
    • Dauer
      40 Min
    • Distanz
      3,1 km

    Une promenade avec Mozart jusqu’à la maison des Jacquin

    La balade part de la Haus der Musik, , à 10 minutes à pied de la Mozarthaus Vienna. On s’y essaie à la composition grâce au jeu de Mozart NAmadeus. Pour aller de son appartement dans la Domgasse jusqu’à chez les Jacquin, Mozart devait franchir le Glacis, zone non bâtie entre l’enceinte de la ville et les faubourgs. À l’époque, cette esplanade formait un espace de détente arboré, ponctué de pelouses, d’étangs et d’allées bordées de lampadaires, où se promenait la haute société et où circulaient les calèches. Pour accéder au Glacis, Mozart passait volontiers par la Stubentor. Vous pouvez y voir les vestiges des remparts de l’époque. De là, vous tombez tout de suite sur le Stadtpark, le parc de la ville, où se trouvait le Wasserglacis. En journée, ce parc ne désemplissait pas d’enfants et de camelots vendant lait de chèvre, bretzels, Hohlhippen (sorte de cigarettes russes) et maintes sucreries. Le soir s’y dressait une baraque à café où l’on jouait de la musique turque. Nul doute que cela plaisait beaucoup à Mozart, dont l’œuvre est nourrie d’influences orientales. Vous arrivez ensuite à la demeure des Jacquin, Rennweg 14, devant laquelle se trouve aujourd’hui encore le platane de Mozart, monument naturel protégé. Pour finir, offrez-vous une petite promenade à travers le jardin botanique tout à côté. Un détour s’impose par le bosquet des Jacquin (groupe 21), qui tient son nom des deux directeurs de l’institution (les Jacquin père et fils).

    Une promenade avec Mozart jusqu’à la maison des Jacquin

    media_content.tooltip.skipped