Chercher
    • Emilie Flöge in her reform dress and Gustav Klimt in his smock in the garden of the Villa Oleander at the Lake Attersee, 1910
      media_content.tooltip.skipped

    Emilie Flöge, créatrice de mode et modèle du Baiser

    La créatrice de mode Emilie Flöge fut bien plus que la muse du célèbre peintre autrichien : elle révolutionna la mode et fut une cheffe d’entreprise talentueuse.

    Sur les traces d’Emilie Flöge

    Haute couture du début du XXe siècle

    L’écrivain autrichien Thomas Bernhard a inventé le terme de Lebensmensch, en français « être vital ». Tout laisse à penser qu’Emilie Flöge, née en 1874, fut celui de Gustav Klimt. Il suffit de suivre les traces du peintre pour sentir à ses côtés sa présence à chaque étape de son parcours. De nombreuses lettres et photographies d’excursions et de séjours d’été communs attestent de cet attachement de toute une vie, au moins au plan amical et au plan artistique. Leur relation en serait-elle restée là ? Les spéculations vont bon train. Comme le peintre, la créatrice de mode Emilie Flöge cultivait la discrétion. Klimt eut deux fils de deux femmes différentes presque au même moment – au total, il aurait eu 16 enfants illégitimes –, et Emilie Flöge resta toute sa vie une femme d’affaires indépendante, libre. Avec ses sœurs, Pauline et Helene, elle fonde en 1904 à Vienne la maison de couture Aux sœurs Flöge entre les murs de la Casa Piccola située au 1b de la Mariahilfer Straße. À la grande époque, cet atelier florissant employa jusqu’à 80 couturières au service d’une clientèle issue de la haute bourgeoisie.

    Emilie Flöge and Gustav Klimt in a rowboat in front of the Villa Paulick, photographed by Emma Bacher, 1909
    media_content.tooltip.skipped

    La mode des audacieuses

    Toutes les femmes, dont certaines avaient également fait réaliser leur portrait par Gustav Klimt, n’adoptèrent probablement pas les créations avant-gardistes d’Emilie Flöge. Directrice artistique de l’atelier, elle aurait à ce titre mérité une reconnaissance amplement supérieure à celle acquise par procuration au travers de décennies de recherches effectuées sur Klimt. Sa maison de couture incarnait à la perfection la modernité viennoise : des étiquettes à l’aménagement de l’ensemble de l’atelier confié aux Ateliers viennois (Wiener Werkstätte), ainsi qu’au designer Koloman Moser et à l’architecte Josef Hoffmann. En plus de la création de pièces de couture et artistiques conventionnelles, Emilie revisite la robe de réforme, dont l’esthétique avait été jusqu’ici négligée. Par ce vêtement, elle entend libérer les femmes du corset.

    Elle-même porte ces robes longues et ondoyantes avec élégance et les associe volontiers aux bijoux des Ateliers viennois. « Sur cette photographie célèbre où on la voit sur un canot à moteur en compagnie de Klimt à Attersee, elle porte cette robe ornée de broches et de colliers réalisés par les Ateliers viennois. Elle arbore à la campagne, les créations qu’elle a mises au point en ville », décrit Sandra Tretter, responsable de la fondation Klimt, dirigée depuis le centre Gustav Klimt à Attersee, où elle consacre également des recherches à la créatrice de haute couture viennoise.

    Tandis qu’avec ses tableaux Klimt accède à la postérité, Emilie Flöge, décédée en 1952, tombe dans l’oubli. Mais, selon les experts, son image reste à jamais associée au tableau le plus célèbre de Klimt, le Baiser. Emilie Flöge est inhumée dans l’une des tombes honorifiques du cimetière protestant de Simmering à Vienne.

    Emilie Flöge : étapes d’une vie

    Lieux inspirants

    1874 : naissance d’Emilie Flöge, dernière d’une fratrie de quatre enfants.

    1892 : le mariage de sa sœur Helene et du frère de Klimt, Ernst, en fait la belle-sœur du peintre.

    1895 : début de la première correspondance connue entre Klimt et Emilie Flöge.

    1897 : séjour d’été commun des familles Klimt et Flöge à Fieberbrunn au Tyrol.

    De 1900 à 1916, Gustav et Emilie se retrouvent régulièrement lors de séjours d’été à Attersee : à Litzlberg am Attersee, à la villa Paulick à Seewalchen, à la villa Oleander à Kammer ou à Forsthaus in Weißenbach. En témoignent de nombreuses photographies dans lesquelles Emilie porte des robes de réforme avant-gardistes, ainsi qu’une quarantaine de tableaux paysagistes peints par Klimt durant ces séjours.

    Emilie und Pauline Flöge, Gustav Klimt, Hermann Flöge (hidden) und Hermine Flöge in the motorboat at the lake Attersee, 1905
    media_content.tooltip.skipped

    1904 : création de la maison de couture Aux sœurs Flöge par Emilie, Helene et Pauline. Emilie est la directrice artistique, la responsable des relations avec la clientèle et l’ambassadrice de la maison. Elle se déplace régulièrement à Paris, afin de ramener à Vienne les toutes dernières tendances des salons. Sa clientèle est constituée de représentantes de la haute bourgeoisie. Klimt recommande les sœurs Flöge à quelques-unes de ses clientes.

    Au décès de Klimt en 1918, Emilie hérite d’une partie de ses biens.

    En 1938, Emilie ferme définitivement sa maison de couture.

    Emilie meut en 1952 à Vienne. Sa tombe se trouve au cimetière protestant de Vienne dans le quartier de Simmering.

    Emilie Flöge in her reform dress in Litzlberg am Attersee, photographed by Gustav Klimt, 1906
    media_content.tooltip.skipped

    « À tous points de vue, Emilie Flöge a constitué une grande figure du début du XXe siècle. »

    Sandra Tretter, Gustav Klimt Centre
    media_content.tooltip.skipped
    Sandra Tretter, Director of the Gustav-Klimt-Foundation

    Écoutez l'histoire d'Emilie Flöge

    media_content.tooltip.skipped